« CONTES DE LA SAUVAGERIE ORDINAIRE » au Lycée agro-environnemental de Tilloy-les-Mofflaines PDF Imprimer Envoyer

 

Ce mardi 21 mars 2018, dans un amphithéâtre comble, rempli de lycéens, d’apprentis mais aussi d’étudiants dont l’écoute attentive et respectueuse a été unanimement saluée, Tony HAVART (http://tonyhavart.e-monsite.com) a eu la gentillesse et la générosité de venir partager ses « Contes de la sauvagerie ordinaire » durant près de deux heures suivies d’échanges et d’entretiens constructifs.

Spectacle sobre et percutant, alternant la finesse mais aussi parfois un humour tout aussi décapant ; ce seul en scène et surtout la présence envoûtante du conteur professionnel ont su captiver l’auditoire, - entre humour et effroi, - dans le cadre d’un projet organisé par le CFA qui a aussi et avant tout vocation à enrichir et à offrir à nos apprenants des contenus pédagogiques de qualité indispensables à leur formation humaniste !

Spectacle tout en finesse. Capacité d’écoute et imagination étaient au rendez-vous. Des échanges constructifs s’en sont suivis avec le conteur qui s’apprête à publier ses propres oeuvres à destination de la « jeunesse ».

La littérature n’a pas d’âge et cette rencontre exceptionnelle avec un « auteur/conteur » talentueux (qui peut-être suscitera des vocations parmi nos jeunes en formation…) a su galvaniser la foule, visiblement conquise.

Une belle rencontre, de beaux échanges mais surtout une belle initiative, à renouveler !

Tony reviendra chez nous dans deux semaines mais non plus pour conter mais animer des ateliers oratoires avec les stagiaires du CFPPA.

Merci à lui, et bravo à tous !

 

Tony Havart est né un jour de mai sous Pompidou au bord de l'Aa. Tout le poussait donc à devenir dépressif et/ou cruciverbiste...

Et puis un jour découvrir le monde des conteurs simplement en écoutant leurs histoires, se dire qu'il y a quelque chose là-dedans qui peut-être...

Alors expérimenter, tenter de raconter assis, debout, couché, essayer de trouver sa voie et sa voix, construire patiemment et imprudemment

une parole juste, trouver l'endroit où les fils se touchent, histoire de voir si la lumière sera ou si ça va disjoncter !

Alors essayer de tout raconter : des créations personnelles où le fantastique, l'étrange et le burlesque viennent secouer le quotidien, mais

aussi des récits traditionnels - contes, légendes, mythes - qui permettent au public et au conteur de lâcher prise, de larguer les amarres. Bref, d'être

soi-même, mais en mieux !

Tony Havart est membre du collectif "L'ours affable", regroupant également les conteuses Sandrine Gniady, Elodie Mora et Anne Leviel, ainsi

que Laurence Deroost, chargée de diffusion.

http://tonyhavart.e-monsite.com

 

Derniers articles